Burnout Paradise

Burnout Paradise fut le premier – et le seul à ce jour – épisode de la série à mettre les pieds dans la HD, si l’on excepte le « remake » (très léger) de Burnout Revenge sur XBox 360. Et autant le dire tout de suite, un Burnout en HD, ça s’annonçait alléchant : ça sentait l’orgie de takedowns comme jamais!

Burnout Paradise

Et pourtant, cruelle déception que ce Burnout Paradise…

Limite, si je me laissais emporter, je dirais que Burnout Paradise, ça pue du cul!

Burnout, c’est 4 épisodes de tôles froissées et d’agressions caractérisées vis à vis de concurrents non moins aggressifs. 4 épisodes où la folie et la rage sont devenues de plus à chaque fois plus intenses, plus violentes, de plus en plus belles et de plus en plus sympa (en gros)…

Et là dessus arrive Burnout Paradise. Avec tout plein de nouvelles idées. Et pas que des bonnes.

En fait, c’est même pire que ça puisque la plupart des nouveautés (toutes?) introduites dans ce Burnout Paradise pourrissent le jeu!

supprimer l’interface du jeu [et] la remplacer par une ville dans laquelle on circulerait librement et où l’on pourrait se lancer dans des épreuves aux détours des ruelles

Résultat :

on se fait chier à tourner dans la ville à la recherche d’épreuves! Et quand on les a trouvées, on se fait chier à aller au point suivant pour lancer l’épreuve! […] ça n’a AUCUN intérêt! En fait, ça fait même chier.

Mais il y a encore mieux :

supprimer le concept même de circuit dans le jeu!!! A la place, on a un point de départ, un point d’arrivée, et vas-y, prends la route que tu veux!

Résultat :

on se perd […], on s’emmerde […] parce qu’on peut très bien faire une course sans jamais voir aucun des concurrents… puisque vous n’avez pas pris la même route!!!

Mais ce n’est pas tout, puisque le coeur même du jeu a été touché par ces coupes sauvages…

l’impression de vitesse en phase de boost moins… moins bien quoi!

la mise en scène des takedown qu’on inflige aux adversaires a aussi été revue […]. Adieu aussi les effets de zoom super classes sur la voiture qui finit dans le mur avant de revenir – toujours avec classe – sur la nôtre, tout en agrandissant la taille maximale de notre jauge de boost!

Et comme on peut toujours faire pire, ça continue encore avec une gestion des takedowns revue et corrigée…

Adieu takedown multiples…  Adieu takedown à répétition…

un mot, un seul pour exprimer le ressenti qu’on éprouve face à la disparition de l’aftertouch… Mot que j’emprunterais à Luke Skywalker dans L’empire contre attaque : Nooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooonnnnnn!!!!!!!!!

plus d’aftertouch […] plus de possibilité de faire exploser sa voiture non plus

Et ce n’est pas la présence de motos dans le jeu qui sauvera Burnout Paradise, puisqu’en motos, il ne s’agira que de faire du contre la montre…

Pas de courses contre d’autres gens, pas de baston (moi qui me voyait déjà dans un remake de Road Rash!!!)… Que des runs!

Attention, je ne dis pas que Burnout Paradise est un jeu de merde. Je dis que c’est une énorme déception. Qu’il s’est débarrassé de beaucoup de choses qui faisaient son identité. Et qu’on ne s’amuse plus autant que sur ses grands frères.

Il est juste tellement moins fun (et moins bien) que ce qu’il aurait pu être!!! Quel dommage de voir un tel potentiel gâché, tout cela pour intégrer au jeu des idées à la mode mais pas du tout adaptées au jeu en question!

Au final, le fan de Burnout passera son chemin et retrournera sur Burnout Revenge…

A lire ici.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans impressions, jeux vidéo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s