Nier – En bloc

Test honteusement repris du blog Arnolife’sTrucs


Loin de tout le battage d’un final fantasy, Square Enix sort aussi parfois de petit bijoux aux allure de jeu indépendant. Nier fait parti de cette catégorie. Il ne révolutionne rien techniquement mais ce qui en fait un jeu d’exception, c’est la richesse de son univers ainsi que l’originalité des idées qui fourmillent dans ce titre.

On débute l’aventure en 2042 dans ce qui ressemble a une ville abandonnée (genre Pripiat ou autre, une ville ou il fait bon vivre en tout cas). Le héros a visiblement une fille relativement mal en point et il se bat contre des ombres avec un tuyau. Après avoir été en échec et avoir signé une sorte de pacte avec un livre, on se retrouve avec des pouvoirs qui, a force de se battre contre des ombres, augmentent de manière exponentielle. Puis le calme retombe et nous nous retrouvons alors 1300 ans et bananes en avant dans le temps pour retrouver un type qui ressemble a s’y méprendre au héros du début et qui a la même fille qui a l’air tout aussi malade. Le truc qui change est qu’on est désormais dans un univers plus médiéval avec des épées a la place des tuyaux…

Après quelques traditionnelles quêtes de type « va me chercher une herbe », « va me cueillir une pomme », « j’ai oublié de dire a machin qu’il n’avait pas fini de manger ses coquillette, tu peux lui transmettre le message?’, l’intrigue se met en place petit a petit. On se rend d’ailleurs compte que assez rapidement que l’humour est omniprésent, ce qui peut surprendre au début car l’intro du jeu ne laisse pas du tout entrevoir de poillade. Je tenais d’ailleurs a rendre hommage aux doubleurs qui ont fait du très bon travail sur ce jeux et plus particulièrement au doubleur de Weiss qui, avec son flegme et son humour, rajoute une bonne couche de second degré dans certain quêtes dite « celles ou tu fais le larbin ».

Le jeux regorge de clin d’œils en tout genres ou va parfois lorgner du coté du jeu en 2D. Certain monstres ou boss envoie des tas de boulettes, ce qui fait immédiatement penser a un shoot avec des patern. La musique du jeu colle elle aussi parfaitement a l’ambiance générale. Toujours assez planante, elle donnera une ambiance très décalée et particulière lors de certain affrontements. Ce jeu me rappelle d’ailleurs, de par son ambiance unique, un certain Shadow of the Colossus.  Nier est la preuve que l’on peut encore innover du coté du action-rpg…et avec humour en plus

Publicités

1 commentaire

Classé dans impressions, jeux vidéo

Une réponse à “Nier – En bloc

  1. Bonjour ici !
    Je passe très souvent lire vos articles et la je me suis décider à poster un petit commentaire.
    Je juge que les articles sont très bien écrits et enrichissants, c’est un bonheur de vous relire.
    Continuez encore le plus longtemps encore !
    Une bonne année !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s